Presidium-ouverture-atelier-partenariat-ecole-entreprise2

Adéquation formation /emploi : Le Patronat Burkinabè s’engage pour une structuration du partenariat écoles/entreprises

Le Conseil National du Patronat Burkinabé (CNPB) a organisé le mardi 31 janvier 2017 au Splendid Hôtel de Ouagadougou, un atelier d’échanges et de concertation sur la structuration du partenariat entreprises/structures de formation.   Cette rencontre qui a réuni autour de 200 participants, représentants d’organisations professionnelles, d’entreprises, d’écoles, de centres de formation et des départements ministériels impliqués dans la formation devait permettre de réfléchir sur la problématique de la structuration du partenariat entreprises/structures de formation.

En effet, plusieurs ateliers antérieurs sur l’implication du secteur privé dans le dispositif et le processus de la formation professionnelle ont permis de mettre en relief les difficultés ou l’absence de collaboration entre les structures de formation et les employeurs. Les structures de formation forment des jeunes sans associer les entreprises consommatrices de leurs produits, qui sortent avec des profils et des compétences qui ne sont pas en adéquation avec leurs besoins. Une des recommandations fortes de la table ronde sur l’enseignement et la formation techniques et professionnels et le secteur privé tenue en mai 2014 porte sur le développement de partenariat entre les entreprises, les organisations professionnelles et les structures de formation pour la recherche d’une meilleure adéquation de l’offre de formation à la demande de compétences des entreprises.

Le présent atelier qui entre dans ce cadre a été placé sous la présidence de Monsieur le Ministre de la jeunesse de la Formation et de l’Insertion Professionnelle. La cérémonie d’ouverture a été ponctuée par trois allocutions :

  • Le mot de bienvenue du Président du CNPB ;
  • Le mot du Chef de file des partenaires techniques et financiers de l’enseignement et la formation technique et financiers,
  • Le discours d’ouverture du Ministre de la jeunesse de la Formation et de l’insertion professionnelle.

Le Président du CNPB dans son mot de bienvenue lu par Monsieur TOGUYENI Harouna, Porte-parole du Bureau du CNPB, a tout d’abord exprimé sa gratitude à Monsieur le Ministre de la Jeunesse de la Formation et de l’Insertion Professionnelle  pour sa disponibilité et sa constante sollicitude.

Ensuite, il a indiqué que la mise en place d’un système de formation professionnelle efficace en parfaite adéquation avec les besoins du monde économique ne se fera qu’avec la concertation et la pleine implication des entreprises et des organisations professionnelles dans la gestion du dispositif de formation.

Aussi, il a exhorté les participants à des échanges francs et fructueux susceptibles de parvenir à des propositions objectives et réalistes pour l’amélioration et la dynamisation du partenariat entre les entreprises et les écoles, universités, instituts et centres de formation.

Intervennants-ouverture-Atelier-PEE

Le Directeur Résident du Bureau de la Coopération Suisse, Monsieur Jean Bernard DUBOIS, a au nom des PTF de l’EFTP remercié le Président du CNPB pour avoir associé les PTF à cet atelier. Il l’a rassuré de la disponibilité des PTF et particulièrement de la Coopération suisse à accompagner les reformes dans le domaine de la formation professionnelle afin de réussir le changement de paradigme à travers une plus grande implication du secteur privé. Pour finir, il a annoncé le démarrage très prochain du nouveau programme d’appui à la formation professionnelle de type duale financé par le Coopération suisse dont une partie substantielle des ressources est consacrée à l’appui direct au secteur privé.

Prononçant le discours d’ouverture du Ministre de la Jeunesse, de la Formation et de l’Insertion Professionnelle, le Conseiller Technique Monsieur OUEDRAOGO Salam qui représentait le Ministre, a salué le CNPB pour l’intérêt qu’il porte à l’implication du secteur privé dans la formation en général et en particulier à la problématique du partenariat entre les structures de formation et les entreprises.

Ensuite, il a souligné le caractère généraliste et peu professionnalisant du système éducatif burkinabè qui ne répond pas toujours aux besoins du marché de l’emploi.

Convaincu qu’il ne peut y avoir une économie performante et compétitive sans les ressources humaines qualifiées et adaptées aux besoins du monde économique, il a exhorté les participants à des échanges francs susceptibles de parvenir à des propositions objectives et réalistes pour l’amélioration et la dynamisation du partenariat entre les entreprises et les écoles, universités, instituts et les centres de formation avant de déclarer ouvert l’atelier.

Plusieurs communications ont été présentées au cours des travaux de l’atelier portant notamment sur l’inadéquation formation /emploi et la nécessité du partenariat écoles/entreprises, les domaines de couverture envisageables pour le partenariat écoles/entreprises, les responsabilités des parties dans le partenariat. Ces communications ont fait l’objet d’échanges très enrichissants.

participants-atelier-PEE

Un projet de convention-type de partenariat entreprises/structures de formations développé par le CNPB a été présenté aux participants en vue de son enrichissement.

A terme, il s’agira de finaliser la convention-type de partenariat entreprises/structures de formations et d’en faire la promotion auprès des entreprises et des structures de formation en tant qu’outil pour l’implication des milieux économiques dans la formation professionnelle.

A la fin de l’atelier les participants ont formulé des recommandations parmi lesquelles :

  • Le développement de l’apprentissage comme un des outils répondant au mieux aux besoins des entreprises et donc au marché du travail ;
  • L’appui du secteur privé pour la création et le financement d’un cadre de concertation permanente de la formation professionnelle avec les toutes les parties prenantes ;
  • L’amélioration de l’environnement des affaires favorable à la création d’emplois et de richesses ;
  • la structuration des branches professionnelles de sorte à ce que le secteur privé soit en capacité d’assurer le leadership de la formation professionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *