presidium-PEFOP

Formation Professionnelle: un atelier régional de partage sur les appuis de la PEFOP

Du 16 au 19 février 2017, le Pôle de Dakar de l’Institut international de planification de l’éducation (IIPE) de l’UNESCO a organisé à Lomé au Togo, un atelier régional de partage sur l’appui à l’opérationnalisation des politiques de formation professionnelle. Cet atelier auquel le Conseil National du Patronat Burkinabé (CNPB) a pris part s’inscrit dans le cadre des activités de la Plateforme d’Expertise en Formation Professionnelle (PEFOP) de l’IIPE -Pole de Dakar.

La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Ministre Togolais de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, Monsieur Georges Kwawu AÏDAM qui avait à ses côtés son collègue de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Monsieur Octave Nicoué BROOHM et le Chef de la PEFOP, Monsieur Naceur CHRAITI.

L’IIPE -Pole de Dakar appuie à travers la PEFOP, la mise en œuvre de politiques rénovées de formation professionnelle dans des pays partenaires. L’idée étant de déceler à travers un diagnostic, tous les freins à l’opérationnalisation des reformes de la formation professionnelle suivant cinq axes :

  • Le développement du partenariat public/privé ;
  • Le pilotage de la formation professionnelle par la demande ;
  • Le processus de certification des acquis ;
  • L’équité dans l’accès la formation professionnelle ;
  • Le financement de la formation professionnelle.

Sur la base des résultats de ce diagnostic, un programme de contribution à l’opérationnalisation des reformes (PROCOR) est élaboré. Le PROCOR est un ensemble d’actions à mener avec l’appui du Pôle de Dakar pour la levée des freins qui entravent l’opérationnalisation de la politique de formation professionnelle. Il vise à rendre opérationnelles les programmations existantes.

La première phase de la PEFOP lancée en 2015, concerne quatre pays : le Burkina Faso, la Mauritanie, le Sénégal et la Cote d’Ivoire. Dans une seconde phase la PEFOP entend poursuivre son déploiement  vers un second cercle de 6 pays comprenant le Bénin, le Cameroun, la Guinée, le Mali, le Niger et le Togo.

Cet atelier avait pour objectif de partager, revisiter et discuter les premières expérimentations en matière d’appui à l’opérationnalisation des politiques de formation professionnelle avec un plus grand nombre d’acteurs-clés dont des représentants de pays qui bénéficieront de l’appui de la PEFOP dans la deuxième phase.

Aussi, au cours de cet atelier les pays qui sont déjà engagés dans le processus de la PEFOP ont partagé leurs expériences avec les autres pays sur le déroulement du diagnostic des freins, l’utilisation des résultats de ce diagnostic, l’élaboration du PROCOR, les difficultés rencontrées à chaque étape.

Par ailleurs, l’atelier a aussi abordé la question de la mutualisation des ressources et outils en matière de formation professionnelle au niveau régional. La mutualisation a été reconnue comme étant une nécessité au regard du rôle qu’elle pourrait jouer dans l’accélération des réformes en matière de formation professionnelle.

En effet, une des contraintes de la formation professionnelle est l’insuffisance des outils notamment, les répertoires métiers et référentiels dont la production et l’actualisation sont coûteuses en temps et en ressources financières. La mutualisation pourrait permettre de renforcer les dispositifs nationaux de formation professionnelle, d’autant plus qu’on observe dans la sous-région une quasi-similarité des métiers et de l’environnement dans lequel ils s’exercent.

De ce fait, l’atelier a été unanime à reconnaitre la nécessité de mutualiser. Cependant, cela reste un défi, car de nombreuses initiatives existent en la matière dans la sous-région mais n’arrivent pas être efficaces.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *