visite_mcia_presidium

Visite de courtoisie du Ministre en charge du commerce au patronat burkinabé

Le jeudi 8 juin 2017, Le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Monsieur Stéphane Wenceslas SANOU a rendu une visite de courtoisie au Conseil National du Patronat Burkinabè (CNPB). Accompagné de ses principaux collaborateurs, il a été reçu par le Président du CNPB Monsieur Birahima NACOULMA en présence de plusieurs organisations membres.

Dans mot de bienvenue prononcé par le porte-parole du bureau du CNPB, Monsieur Harouna TOGUYENI,  le CNPB a remercier le Ministre du Commerce pour cette visite de courtoisie et a salué l’excellent  travail accompli dans le département depuis sa prise de fonction.

Apres une brève présentation du CNPB, il a indiqué que le patronat a vocation à travailler en synergie avec les institutions d’appui au secteur privé, les chambres consulaires et les départements ministériels clé comme celui du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat. Aussi, il a souhaité que les relations entre les deux structures se renforcent.

Partenaire incontournable de l’Etat, le secteur privé reste le plus grand employeur au pays des Hommes intègres. Et le gouvernement en est conscient, d’où cette visite de courtoisie d’un de ses membres, à savoir le ministre en charge du Commerce, Stéphane SANOU, au Conseil national du patronat burkinabè (CNPB), l’organisation faitière des groupements et associations professionnels du secteur privé au Burkina Faso. Une aubaine donc pour ses membres présents à cette rencontre de dire sans langue de bois les préoccupations et les attentes de ce secteur pourvoyeur d’emplois.

visite_mcia2Et sans langue de bois, le président du CNPB, Birahima NACOULMA et ses pairs ont égrené bon nombre de faits et gestes qui plombent un tant soit peu les efforts de leurs entreprises pour un mieux-être de l’environnement des affaires. Il s’agit essentiellement du blocage des prix de certains produits décrété par le gouvernement sur de longues périodes. Les patrons trouvent que cela, non seulement est en contradiction avec l’option libérale et porte préjudice au développement du commerce et à la création d’emplois. Aussi, ils demandent au gouvernement de promouvoir le label made in Burkina ou encore « le consommons burkinabè ». Tout en aidant à restaurer l’image de l’entreprise et de ses dirigeants en raison du climat hostile qui se développe vis-à-vis des acteurs économiques perçus comme « des opportunistes, des prédateurs, des personnes sans foi, ni loi », qui ne cherchent que le gain.

Des préoccupations auxquelles le Ministre SANOU, a répondu en rassurant le syndicat des patrons quant à l’engagement du gouvernement à œuvrer pour un climat social apaisé et une bonne santé du secteur privé. En ce qui concerne la vulgarisation du label made in Burkina, il reconnait que cette préoccupation est au cœur même de l’action gouvernementale, sans quoi, il serait difficile d’avoir une économie nationale saine et prospère. « Il y a eu un arrêté qui a été pris pour inviter les structures, grandes consommatrices de produits, de consommer burkinabè d’abord. C’est quand il n’y a pas le produit local burkinabè qu’il faut aller vers les produits importés », a indiqué le Ministre SANOU.

Toujours dans le sens de lutter contre la fraude et la concurrence déloyale, une nouvelle loi sur la concurrence, plus dissuasive, vient d’être adoptée par la représentation nationale en avril dernier. Durant ces échanges, le ministre n’a pas manqué d’inviter les membres du patronat au respect des textes en vigueur afin d’éviter des conséquences néfastes non seulement pour les entreprises, mais aussi pour le gouvernement.

©lefaso.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *