presidium_atelier_lancement_EESE

Environnement des affaires au Burkina Faso : Lancement d’une étude d’évaluation de l’environnement propice aux entreprises durables

Le Conseil National du Patronat Burkinabè (CNPB) a organisé les 19 et 20 juin 2017 en collaboration avec le Bureau International du Travail (BIT) un atelier sur le renforcement du plaidoyer pour un environnement propice aux entreprises durables. Cet atelier qui a regroupé une soixantaine de participants représentants des organisations professionnelles du secteur privé, des entreprises, des départements ministériels et des centrales syndicales visait à lancer officiellement le processus d’évaluation de l’environnement des affaires au Burkina selon la méthodologie EESE (Enabling Environment for Sustainable Entreprises) développée par l’Organisation Internationale du Travail.

La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat Monsieur Stéphane Wenceslas SANOU qui avait à ses côtés le Directeur du Bureau sous régional d’Abidjan de l’Organisation Internationale du Travail, Dramane HAIDARA et le Vice-président du CNPB, chargé de la coopération et des relations extérieurs Elie Justin OUEDRAOGO.

Le Vice-président du CNPB dans son mot de bienvenue a tout d’abord exprimé sa gratitude et ses remerciements au Ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat pour avoir accepté présider la cérémonie.

atelier_de_lancement_EESE1Situant l’importance de cet atelier, il a indiqué que l’ambition du PNDES d’amorcer une transformation structurelle de l’économie ne saurait être atteinte dans un environnement peu favorable au développement des entreprises.

Apres avoir rappelé l’objectif de l’atelier qui vise à lancer le processus d’évaluation de l’environnement des affaires du Burkina Faso, il a demandé le soutien du Ministre et de son département pour sa réussite.

A la suite du Vice-Président du CNPB, le Directeur du Bureau Sous régional de l’OIT à Abidjan a dans son allocution relevé la cohérence des objectifs que s’est fixés le CNPB avec le mandat du BIT. D’où l’engagement de son organisation dans l’accompagnement du patronat burkinabé pour l’amélioration de son plaidoyer en faveur d’un environnement propice à des entreprises durables.

Poursuivant, il a indiqué que la promotion des entreprises durables est pour l’OIT un outil majeur pour réaliser le travail décent. Aussi, le processus EESE est utilisé par le BIT pour évaluer l’environnement dans lequel évoluent les entreprises.

Pour finir, il s’est félicité des excellentes relations de coopération entre le gouvernement, les partenaires sociaux et le Bureau pays du BIT à Abidjan et réaffirmer la disponibilité du BIT à poursuivre et renforcer ses appuis.

Le Ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat dans le discours d’ouverture a félicité le CNPB pour l’important travail de lobbying mené au quotidien pour la simplification de l’environnement des affaires dans notre pays.

Il s’est réjoui du lancement de cette étude d’évaluation  et a  exhorté les participants à des débats francs et constructifs afin de parvenir à des conclusions qui permettront au processus d’évaluation de poursuivre son cours.

Pour finir, il a salué l’excellence de la coopération que le Burkina entretient avec le Bureau International du Travail  (BIT) puis a déclaré ouvert l’atelier sur le renforcement du plaidoyer pour un environnement propice aux entreprises durables au Burkina Faso.

Atelier_de_lancement_EESE2Le EESE est un outil développé par l’Organisation Internationale du Travail pour faire le diagnostic de l’environnement des affaires dans les pays et formuler des recommandations documentées sur les possibilités d’amélioration.   Il se fonde sur 17 critères liés à des conditions identifiées comme fondamentales pour un environnement propice aux entreprises durables, prenant en compte aussi bien les aspects politiques, économiques que sociaux et environnementaux de la gestion d’une entreprise. Elle va donc au-delà des évaluations de l’environnement des affaires déjà connu telle que le Doing Business de la Banque Mondiale et a l’avantage de s’adapter aux priorités nationales en matière de promotion du climat des affaires. Les données secondaires collectés seront complétées par une enquête auprès d’un échantillon de 500 entreprises et salariés.

Au cours des deux jours, les  travaux ont permis aux participants de s’approprier la méthodologie EESE d’évaluation de l’environnement propice pour des entreprises durables et de valider les données secondaires sur l’environnement propice pour des entreprises durables.  Ils ont également permis d’échanger autour des 17 critères du EESE et de sélectionner consensuellement neuf, autour desquels l’enquête sera réalisée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *