DSC00964

Environnement des affaires au Burkina : Validation du rapport EESE d’évaluation de l’environnement propice aux entreprises durables

Le Conseil National du Patronat Burkinabé (CNPB) a organisé le 24 avril 2018 un atelier de validation du rapport final sur l’évaluation de l’environnement des affaires au Burkina, selon la méthodologie EESE (Enabling Environment for Sustainable Entreprises).
La rencontre qui a réuni une trentaine de participants représentants des structures du secteur privé, de l’administration publique, d’organisations syndicales a été présidée par le Président de la Commission chargée de l’amélioration de l’environnement des affaires du CNPB, Monsieur Adama BITIE en présence de Madame Julie KAZAGUI, spécialiste principale du Bureau des activités pour les employeurs du BIT/Dakar.

Dans son mot de bienvenue, le Président de la commission chargée de l’amélioration de l’environnement des affaires a, au nom du Président du CNPB, souhaité la bienvenue à tous les participants et exprimé sa gratitude au Bureau international du travail pour son appui technique et financier qui a permis la réalisation de cette étude.
Rappelant la nécessité d’avoir un environnement favorable au développement des entreprises, il a salué la démarche de l’outil EESE qui se fonde sur 17 critères touchant à la fois les aspects politiques, économiques, sociaux qu’environnementaux de l’environnement de l’entreprise.

DSC00961Il a terminé son mot en invitant les participants à des échanges francs et fructueux afin d’aboutir à des conclusions et recommandations pertinentes permettant de promouvoir des entreprises durables au Burkina Faso.

Après ce mot de bienvenue, les travaux de l’atelier ont débutés par la présentation du rapport par le Professeur Idrissa OUEDRAOGO, consultant de la présente étude.
Il faut noter que le EESE est un outil développé par l’Organisation Internationale du Travail (OIT) pour évaluer, défendre et réformer l’environnement dans lequel les entreprises démarrent et grandissent. Il est basé sur 17 critères liés à des conditions identifiées comme fondamentales pour un environnement propice aux entreprises durables, prenant en compte aussi bien les aspects politiques, économiques sociaux qu’environnementaux de l’environnement de l’entreprise. Le processus comporte trois étapes essentielles à savoir :
– l’identification des défis économiques majeurs,
– la réalisation d’études primaires et secondaires en lien avec les priorités identifiées et – l’élaboration d’un document de communication et de plaidoyer du secteur privé sur les recommandations et les mesures pertinentes à mettre en œuvre à adresser aux pouvoirs publics.DSC00942

Au Burkina Faso, le processus EESE a été engagé en avril 2017 par la collecte de données secondaires sur l’environnement des affaires dont les résultats ont été présentés en juin 2017 lors de l’atelier de lancement du processus EESE tenu les 19 et 20 juin 2017, par le Professeur Rassablga OUEDRAOGO de l’Intitut Free Afrik.
Le présent rapport porte sur une enquête qui a été réalisé auprès de 431 entreprises et 115 employés dans 8 régions du Burkina. Cette enquête a couvert 10 des 17 critères du EESE conformément à la priorisation faite par les participants lors de l’atelier de lancement du processus EESE en juin 2017.

Au terme de la présentation synthétique des résultats de l’étude par le Professeur Idrissa OUEDRAOGO, les participants ont fait des amendements en vue d’enrichir le document avant de le valider.
L’atelier a également permis de procéder au choix de thématiques prioritaires en lien avec des défis importants révélés par l’enquête et pour lesquels, une esquisse de plan d’actions a été élaboré.DSC00915

La prochaine étape du processus sera sans doute, la finalisation du plan d’actions par le comité technique de suivi, l’élaboration du document de plaidoyer à transmettre aux pouvoirs publics et la présentation officielle du rapport finalisé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *