BOUKSON

Disparition du Président NACOULMA : hommage à un fervent défenseur de l’initiative privé

Le Président Birahima NACOULMA repose désormais dans sa maison familiale au quartier Dapoya (Ouagadougou). Décédé le 23 aout 2018, il a été inhumé le dimanche 26 aout 2018 en présence de nombreuses personnalités politiques et économiques.   L’homme que le CNPB pleure la disparition est né le 5 juillet 1934 à Dakar. Après une dizaine d’années de service dans l’administration publique où il a exercé plusieurs fonctions  au sein des postes et télécommunications, du ministère de la fonction publique, du ministère des affaires étrangères, la mairie de Ouagadougou,  il décide à partir de 1969 de se lancer dans l’initiative privé.   Il fut  pionniers dans plusieurs domaines avec la création de :

  • La société voltaïque de l’industrie du sac (SOVIS) ;
  • La manufacture voltaïque d’insecticide et d’esthétique (MAVIE) ;
  • Les établissements NACOULMA (Transit, transport, manutention, affrètement) ;
  • Le lycée Dimdolobson ;
  • La société NACOULMA Immobilier ;
  • La société SAIMEX SA (import-export) etc…

photo president NacoulmaIl a été membre fondateur du Conseil National du Patronat Burkinabé en 1974, organisation dans laquelle, il s’est pleinement investi en jouant un rôle actif dans sa restructuration et sa modernisation avant d’être  porté en 2012 à sa présidence.

Fervent défenseur de l’initiative privé, Le Président NACOULMA s’est investi au plan National et au plan international pour l’organisation et la structuration des acteurs du secteur privé en vue de la défense de leurs intérêts et le développement du dialogue public/privé.

Il faut le dire avec force que le Président NACOULMA était un homme aimé et respecté par tous, à cause de son humanisme, de son humilité, de sa générosité et de son dévouement à sa patrie le Burkina, à la  cause des entreprises, des groupements professionnels et du secteur privé.

Il  a participé à:

  • la restructuration et la relance du conseil national du patronat burkinabé, dont les activités avaient été gelées pendant la période d’exception
  • La réorganisation du conseil burkinabé des chargeurs (CBC) après le désengagement de l’Etat;
  • la création de la Maison de l’Entreprise du Burkina Faso (MEBF)  et le renforcement de sa gouvernance ;
  • L’amélioration de la gouvernance de la chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) avec l’entrée en force des opérateurs  économiques nationaux dans la gouvernance de l’institution.

Sa forte contribution à toutes ces activités ont fait  de lui, un des principaux interlocuteurs du secteur privé vis-à-vis de ses pairs,  des pouvoirs publics, des organisations syndicales de travailleurs,  des partenaires au développement.

C’est sans doute, cette notoriété et cette réputation de personnalité consensuelle qui ont conduit le gouvernement de la transition à faire appel à lui et à le nommer Président de la délégation spéciale de la chambre de commerce et d’industrie en décembre 2014.

Le Président NACOULMA s’est investi personnellement dans le processus de refondation de l’institution afin d’améliorer sa représentativité au niveau national et renforcer la confiance des opérateurs économiques et des autorités vis-à-vis de l’institution.

A la tête du Conseil d’Administration du Conseil Burkinabè des Chargeurs (CBC), dont la restructuration intervenue à la fin des années 1990 privilégiait une plus forte présence des acteurs du secteur privé dans ses organes dirigeants, Monsieur NACOULMA a travaillé  à renforcer l’ancrage institutionnel du CBC au niveau national, régional et international en faisant de lui un véritable outil pour la défense des intérêts économiques des chargeurs burkinabè sur les chaines internationales de transport et de la logistique.

Il avait de bonnes relations avec les syndicats dans le cadre de la promotion du dialogue social et la négociation collective dans le monde du travail. Homme d’écoute et de dialogue, il s’est impliqué à leurs côtés pour la création d’un certain nombre de cadres de concertation et de dialogue notamment :

  • le cadre bipartite de concertation annuelle Patronat/Syndicats
  • la Commission Mixte Paritaire de Négociations Salariales du Secteur Privé (CMPNSSP) ;
  • Le comité de médiation  du CNPB ;
  • La signature d’une déclaration des partenaires sociaux en soutien au PNDES ;
  • Le haut conseil du dialogue social (HCDS).

Il était également en pourparlers  avec les centrales syndicales sur la nécessité de conclure une trêve sociale tripartite. Mais hélas, sa maladie ne lui a permis de conduire à terme ce processus.

Dans la sous-région et au plan continental, il a occupé la responsabilité de Président de la fédération des organisations patronales de l’Afrique de l’Ouest (FOPAO) et de la Confédération Panafricaine des Employeurs (business Africa) pendant plusieurs années. En reconnaissance de tout ce qu’il a fait pour ces organisations, il lui a été décerné le titre honorifique de président honoraire.

Au niveau international, le Président NACOULMA a été administrateur du Bureau International du Travail (BIT)  pendant près d’une dizaine d’années.

Son engagement personnel, a permis l’organisation en 2004, à Ouagadougou du sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA sur l’emploi et la lutte contre  pauvreté.

C’est un homme au parcourt incontestablement brillant et qui force l’admiration qui s’en va. Président NACOULMA dormez en paix et que  la terre libre du Burkina vous  soit légère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *