Assurance Volontaire : Une équipe de la CNSS au Patronat burkinabè

Une équipe de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) conduite par le chef du Service Promotion de l’Assurance Volontaire (SPAV), M. Toussaint BATIONO, a été reçue le vendredi 15 mars 2019 au Conseil National du Patronat Burkinabè (CNPB). Les échanges ont porté sur la sécurité sociale, notamment l’assurance volontaire.

La sécurité sociale est un système de protection que la société accorde à ses membres par un ensemble de mesures publiques pour les protéger. Toute personne a droit à la sécurité sociale, dira M. BATIONO avant de regretter que certains soient protégés et d’autres non. C’est ainsi que les autorités ont entrepris d’élargir la couverture sociale, une œuvre qui dépasse largement la Caisse Nationale de Sécurité Sociale, reconnaît M. BATIONO. Pour réaliser cette ambition, la CNSS en appelle à l’implication d’autres structures qui sont en contact permanent avec le public cible. D’où la nécessaire implication du CNPB.

vue d'ensemble rencontre cnss et consil national du patronzt
Pour permettre au Patronat de s’approprier la vision de la Caisse nationale, M. BATIONO a présenté un exposé sur l’assurance volontaire qui se limite à une seule branche : l’assurance vieillesse. L’institution d’une assurance volontaire est née du constat que la CARFO et la CNSS ne couvrent que la population active dans le secteur formel public et privé, soit moins de 10% de la population active du Burkina. Toute chose qui a suscité à l’Etat d’étendre la couverture sociale à tous les acteurs des différents secteurs économiques. Les conditions de souscription à l’assurance volontaire sont les suivantes :
Être une personne physique exerçant une activité professionnelle qui n’est affiliée ni à la CNSS ni à la CARFO ;
Avoir été affilié à la CNSS ou la CARFO pendant au moins 6 mois et avoir cessé de l’être ;
Être un citoyen non couvert par un régime de sécurité sociale et pouvant justifier d’un revenu, que l’on réside ou non sur le territoire national.
Si l’une de ces conditions est remplie, la personne désireuse de s’inscrire remplit et adresse simplement un imprimé disponible en ligne et dans toutes les caisses. Une fois les formalités remplies, il faut cotiser au titre de la branche assurance vieillesse. Les cotisations vont de la base minimum, c’est-à-dire le SMIG (30 684F) jusqu’au plafond (600 000F). L’assurance volontaire donne droit à une pension normale de vieillesse.

Cet exposé a suscité un vif intérêt de la part des participants à cette rencontre, donnant lieu à des échanges interactifs concernant :

  • Les ayants-droits en cas de décès de l’assuré ;
  • L’interruption des cotisations en cas de manque de revenus ;
  • Les possibilités de cotisations pour les entrepreneurs déjà avancés en âge ;
  • Le plafonnement des cotisations ;
  • La non-prise en compte des maladies et accidents dans l’assurance volontaire ;
  • L’ignorance de certains acteurs qui sont pourtant concernés par l’assurance.

La délégation de la CNSS a répondu à toutes les préoccupations et s’est voulu rassurant. Le système de cotisation se veut souple pour permettre aux assurés d’épargner selon leur rythme. Ainsi, la périodicité des paiements peut être mensuelle, bimensuelle, trimestrielle, voire annuelle. L’assuré peut augmenter ses cotisations, les réduire ou même les interrompre. Les paiements peuvent se faire en espèces, par chèque ou par virement. Les cotisations de 15 ans ou plus peuvent se payer aussi d’un trait. En outre, il est possible de rétroagir sur les cotisations de sorte que même à 60 ans on puisse souscrire à l’assurance volontaire.

Les membres du CNPB ont apprécié favorablement la démarche de la CNSS qui répond à certaines de leurs préoccupations. En plus des inquiétudes soumises, ils ont formulé des doléances avant d’affirmer leur disponibilité à accueillir la CNSS dans leurs structures respectives en vue de permettre de toucher plus de personnes. Quant à M. BATIONO, il s’est réjoui de l’intérêt de ses hôtes vis-à-vis du sujet et a rassuré que son équipe est à pied d’œuvre pour que le maximum de personnes puisse accéder à l’assurance volontaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *