Bientôt un nouveau projet d’appui au secteur privé burkinabè

    La Commission européenne a commandité une étude destinée à formuler un programme destiné à soutenir le développement du secteur privé burkinabè.
    Le rapport provisoire de cette étude à fait l’objet d’un atelier de validation, le mercredi 28 avril 2010 au SPLENDID hôtel.

    L’étude après avoir analysé le contexte économique du Burkina Faso et diagnostiquée la situation dans laquelle baigne le secteur privé, a proposé un programme d’intervention suivant six (06) axes d’interventions, reprises sous forme de composantes qui sont :
    – Renforcer les capacités des services d’appui non financiers et des organisations d’intermédiaires
    – Appuyer la promotion des filières et des systèmes productifs
    – Renforcer les capacités du système financier burkinabé dans son rôle de financement de l’économie
    – Renforcer les capacités institutionnelles des ministères dédiés à l’appui au secteur privé
    – Accompagner le développement du système national de management de la qualité

    En ce qui concerne l’ancrage institutionnel du programme, les consultants avaient proposés de confier le niveau stratégique du projet à un Comité d’Orientation Stratégique (COS) qui sera l’instance d’orientation et de décision, chargée du suivi de l’exécution du programme.
    Le niveau opérationnel sera assuré par une direction du programme ancrée à la Maison de l’Entreprise et une Unité d’Appui au Programme (UAP) constituée d’experts internationaux.

    Cette architecture a été vivement critiquée par les participants en ce sens qu’elle pourrait créer des conflits de compétence et ne garantirait pas une pérennisation des acquis du projet.

    L’option proposée par le Ministère du commerce serait de confier l’exécution du projet à la Maison de l’Entreprise qui mettra en place une équipe de gestion. Un comité de pilotage composé de représentants de l’administration publique et du secteur privé devra être constitué et sera l’instance d’orientation et de décision du programme.

    Il faut saluer cette nouvelle initiative de l’Union Européenne qui après le Programme de Renforcement des capacités des Entreprises (PRCE) revient avec un nouveau programme d’une enveloppe de 11 millions d’euros soit plus de 7 milliards de FCFA et qui devrait permettre un meilleur développement du secteur privé dans son ensemble.

    Le secteur privé vu comme un ensemble ne peut véritablement se développer que si toutes ses composantes sont renforcées. C’est pourquoi le Patronat prône pour une bonne prise en compte des faiblesses des organisations professionnelles, dans le cadre du présent programme.