Programme PAFPA Dual : Les activités officiellement lancées

    Les activités du Programme d’Appui à la Formation Professionnelle et à l’Apprentissage : approche duale adaptée au Burkina Faso (PAFPA) ont été officiellement lancées le vendredi 22 février à Gampèla, au sein de l’entreprise Burkina Equipement au cours d’une cérémonie placée sous la présidence du Premier Ministre SEM Christophe Joseph Marie Dabiré qui a été représenté par le Ministre de la Jeunesse et de la Promotion de l’Entrepreneuriat des Jeunes, M. Salifo TIEMTORE. Ladite cérémonie a connu la participation de nombreuses autorités politiques, de chefs d’entreprises et de partenaires techniques et financiers.

    Initié par le Ministère de la Jeunesse et de la Promotion de l’Entreprenariat des Jeunes et le Patronat burkinabè avec l’appui technique et financier de la Coopération suisse, le PAFPA se veut une réponse forte au chômage des jeunes et des femmes en les dotant de qualifications professionnelles. Financé à hauteur de plus de 3 milliards 7 millions, le Programme va s’exécuter sur la période 2018-2022 dans 6 régions, à savoir : le Centre ; le Centre-Ouest ; le Centre-Sud ; la Boucle du Mouhoun ; les Hauts-Bassins et les Cascades.

    participants lancement activites programme d'appui a la formation preofessionnelle et a l'apprentissage

    La cérémonie a été ponctuée par des discours, des animations musicales, une visite des stands d’expositions par les autorités ainsi qu’une visite guidée de Burkina équipements.
    Le Président du CNPB, Monsieur Appolinaire COMPAORE, dont le discours a été lu par le 1er Vice-Président, Monsieur Seydou DIAKITE, a tenu à exprimer sa gratitude à l’endroit de la Coopération suisse pour son appui technique et financier à la mise en œuvre du PAFPA. Pour lui, ce programme s’inscrit dans la vision de son institution. En effet, « l’ambition du Patronat burkinabè, en plus du perfectionnement des ressources humaines des entreprises, est de contribuer à l’éclosion d’une génération de jeunes entrepreneurs capables de révolutionner le monde des affaires au Burkina pour plus de créativités et d’innovations en lien avec la promotion des entreprises durables. » C’est dans cette même optique que le Patronat a pris l’engagement de faire en sorte qu’à travers le PAFPA Dual, près de 400 entreprises puissent accueillir et former 8000 jeunes dont 50% de filles/femmes, prioritairement dans les secteurs de l’agro-sylvo-pastoral et des métiers émergents. Pour une meilleure adéquation formation-emploi, le PAFPA propose une nouvelle manière de former les jeunes afin de les rendre opérationnels pour l’emploi : 80% de temps de formation en entreprise et seulement 20% de temps en centre de formation. En plus d’améliorer le cadre d’apprentissage à travers des appuis en termes de petits équipements et de réhabilitation, le programme va également renforcer les capacités des centres et entreprises d’accueil à travers la formation et le perfectionnement de 1000 formateurs. Une vision qui épouse celle de la politique nationale d’Enseignement et de Formation Techniques et Professionnelles.

    Pour la Directrice du Bureau de la Coopération suisse, Madame Elisabeth PITTELOUD, la Suisse considère la formation professionnelle comme le plus précieux cadeau qu’elle puisse offrir à ses enfants car étant le levier du développement. C’est la raison pour laquelle la Coopération Suisse s’implique dans le PAFPA, notamment par son expertise technique et son appui financier de 2 912 000 000 FCFA. Elle a souligné que la présence des hautes autorités de la nation et leur engagement ainsi que celui du secteur privé préfigurent d’une collaboration fructueuse dans la conduite de ce programme. Elle estime que le succès du PAFPA dépend de son appropriation par les différents acteurs et leur engagement collectif. Elle a terminé son propos en invitant les jeunes et particulièrement les filles à s’engager pour développer leurs compétences dans les métiers porteurs qui leur sont proposés.

    Son exhortation n’est pas tombée dans une oreille sourde. Les apprenants ont exprimé leur reconnaissance à l’endroit des autorités suisses et burkinabè et du CNPB pour cette opportunité. Convaincus que c’est en étant bien formés qu’ils contribueront honorablement au développement de l’économie locale, ils se sont voulus rassurants : « Vous pouvez compter sur notre engagement et notre détermination à nous qualifier pour répondre à vos besoins de main d’œuvre qualifiée. »

    Dans le discours de lancement officiel lu par le Ministre de la Jeunesse et de la Promotion de l’Entrepreneuriat des Jeunes, le Premier Ministre SEM Christophe Joseph Marie DABIRE, s’est réjoui du lancement des activités du PAFPA car c’est une réponse à la problématique de l’insertion professionnelle des jeunes et de la réduction de leur chômage. Il est en parfaite adéquation avec le programme politique de SEM le Président Roch Marc Christian Kaboré qui place la question du chômage des jeunes et des femmes au cœur de ses principales préoccupations. C’est dans ce sens que le gouvernement a décidé d’accorder une priorité à l’enseignement et à la formation technique et professionnelle en prônant la diversification des voies de qualifications, notamment la formation professionnelle de type dual.
    Le Premier Ministre n’a pas manqué de traduire la reconnaissance du Gouvernement à la Coopération suisse pour l’appui technique et financier dans ce programme dont l’originalité de la démarche est de confier sa mise en œuvre au secteur privé. Le PAFPA est original en ce sens que l’attelage avec le Patronat est un moteur qui, associé au secteur public, va apporter des réponses pertinentes aux défis qui se posent à notre système de formation.

    Pour finir, le Premier Ministre a salué la volonté et l’engagement du CNPB d’être responsabilisé et d’être pleinement impliqué dans la gestion et l’orientation des ressources collectées dans le cadre de la Taxe Patronale d’Apprentissage (TPA), avant de rassurer que le gouvernement jouera sa partition, convaincu que l’Etat tout seul ne pourra pas réussir le défi de la transformation structurelle de l’économie. C’est sur ces mots d’invite au partenariat avec le secteur privé qu’il a déclaré, officiellement lancé le Programme d’Appui à la Formation Professionnelle par Apprentissage (PAFPA).
    A la suite des interventions, la coordonnatrice du PAFPA, Mme Salamata OUEDRAOGO, a présenté les spécificités du programme aux différentes autorités.

    En rappel, créer de l’emploi pour la jeunesse faisait partie des engagements pris par le président du CNPB, M. Appolinaire COMPAORE. Fidèle à ses engagements, il a précisé que « si on peut initier d’autres projets de ce genre pour créer de l’emploi aux jeunes, nous n’allons pas hésiter. Du reste, avec le PAFPA, nous voulons créer des entrepreneurs qui à leur tour, offriront de l’emploi ». En attendant, le CNPB envisage de mettre en place un fonds pour le financement des activités des jeunes et des femmes, à hauteur d’un milliard de F CFA et une émission TV mensuelle « Patronat Wakatamè » ; outils qui vont booster l’entreprenariat.