Comité Technique de Suivi et d’Orientation du PAFPA Dual : Tenue de la 4è session ordinaire

    Ce jeudi 13 février 2019 s’est tenue dans les locaux du PAFPA – Dual à Ouagadougou, la 4e  session du Comité Technique de Suivi et d’Orientation (CTSO), le secrétariat général du Conseil National du Patronat Burkinabé (CNPB), le BUCO et l’UGP. L’objectif de la présente session est d’examiner et de donner un avis sur le rapport technique et financier  gestion 2018-2019 et du Plan de Travail Annuel Budgétisé (PTAB) 2020 du PAFPA – Dual. Présidée par le Docteur Issa Compaoré avec à ses côtés, le Coordonnateur par intérim du PAFPA Monsieur Jean Marie Bado et du Chargé de Programme formation professionnelle de la Coopération suisse, Monsieur Damase Zouré , la session a connu la participation des membres du Comité et du Backstopping financier au Programme.

    Le Comité Technique de Suivi et d’Orientation est mis en place pour suivre l’opérationnalisation du Programme et sa bonne exécution du dans son ensemble et à l’atteinte des résultats.

    A l’ouverture de la 4 ème session, le Chargé de Programme formation professionnelle de la Coopération suisse, Monsieur Damase Zouré a indiqué que l’année 2020 est une année charnière pour le PAFPA qui se matérialisera par l’atteinte des premiers résultats. Ces résultats devraient s’intégrer dans le nouveau Programme Pays 2021-2025 de la Suisse au Burkina Faso a – t-il laissé entendre. Monsieur Zouré a invité la Coordination du Programme à oser faire des choses nouvelles même si elle se trompe parfois et c’est en cela que l’on ira vers l’atteinte des meilleurs résultats.

    Prononçant  le mot d’ouverture, le Président du CTSO, Docteur Issa Compaoré a souhaité la bienvenue aux membres du Comité tout en leur présentant ses meilleurs vœux 2020.Il a félicité l’équipe de Programme pour le travail abattu au cours de l’année 2019 qui a permis de lancer le PAFPA Dual. Il a remercié le Représentant de la Coopération suisse pour avoir donné les perspectives de la Suisse en matière de formation professionnelle. Le Président  du CTSO a invité les membres à un examen minutieux  des différents rapports de gestion du Programme et des échanges constructifs qui permettront d’aviser le Patronat pour la validation desdits rapports. C’est sur cette note d’invite qu’il a déclaré ouvert la 4 ème session ordinaire du CTSO.

    C’est le Coordonnateur par intérim du PAFPA, Monsieur Jean Marie Bado, qui  après avoir expliqué la démarche d’élaboration des différents rapports du Programme a invité les techniciens à présenter les rapports technique et financier et la planification 2020 du PAFPA.

    Au titre des rapports technique et financier, l’on retient des communications, que le taux d’exécution physique global du Programme au titre de la période du 1er Novembre 2018 au 31 décembre 2019 est de 52.96 % contre un taux d’exécution financière de 30%.

    Les projections du PAFPA au titre de l’année 2020 c’est de former plus de 5 000 jeunes et femmes. Le Plan de travail annuel et de budget 2020 est évalué à près d’un milliard sept cent millions de FCFA.

    En plus de la programmation annuelle, les listes des bénéficiaires issues des comités régionaux de sélection ont été présentées au comité. Le nombre de jeunes et de femmes qui se sont inscrits sur les listes de formation est estimé provisoirement à plus de 6380 personnes puisque quelques communes de la région du Centre n’ont pas envoyé leur liste. De cette liste, l’UGP a fait un travail de synthèse en se limitant à un critère d’âge de 50 ans maximum. Le programme a enregistré  près de 5973 inscriptions dans près de 40 métiers. Plusieurs métiers qui n’étaient pas dans les projections ont été demandés parfois en grand nombre : cas de la coupe couture, Coiffure. Le Coordonnateur a également présenté les questions diverses liées à la vie du Programme, notamment le nombre des inscriptions dans certains métiers respectant les critères retenus « sont faibles »  et vont difficilement être mis en œuvre. Le seuil minimal (effectifs par groupe de métier » en tenant compte des questions budgétaires sans trop s’éloigner des pratiques andragogiques,  peut être fixé entre 15 et 20 apprenants. Tout dépendant des capacités d’accueil des CFP disponibles.

    Les membres du Comité ont donné leur avis favorable aux différents rapports et planification. Ils ont par ailleurs formulé les recommandations suivantes : 

    • Le principe de la fongibilité des ressources ;
    • L’inscription  de l’audit annuel du Programme dans les différents PTAB ;
    • La mobilisation des entreprises formatrices par les organisations professionnelles porteuses de projet de formation;
    • La révision à la baisse du nombre de sessions du CTSO de 4 sessions à 3 sessions ;
    • L’évaluation des besoins de recrutement des ressources humaines au profit de l’UGP.